Séminaire académique des expérimentations et innovations pédagogiques

Séminaire académique CAREP/ CARDIE de l’Education Prioritaire du 13 mai 2016


Le séminaire académique annuel de l’Education Prioritaire, intitulé « La contribution de l’Education Prioritaire à la Refondation de l’Ecole : quelles coopérations pour faire progresser tous les élèves ? », s’est tenu le 13 mai dernier dans les locaux de CANOPé-Caen.

Cette journée organisée conjointement par le CAREP et le CARDIE a été ouverte et clôturée par le Recteur de région académique et Recteur de l’académie de Caen, Philippe-Pierre Cabourdin. A cette étape de la Refondation de l’Education Prioritaire, il s’agissait de faire le point sur les projets des réseaux dont le recteur a reconnu qu’ils s’inscrivaient tous dans le cadre du Référentiel. Des ateliers ont permis aux 180 participants d’échanger et de mutualiser leurs pratiques et réflexions sur les évolutions pédagogiques qu’impose la Refondation de l’école.

Enfin une conférence de Jacques Bernardin, chercheur associé au Laboratoire ESCOL de l’université de Paris VIII, a proposé des réponses à la question qui est au cœur d’une école bienveillante mais exigeante : « Comment conjuguer la diversité des élèves ? »

Tous les intervenants ont ainsi contribué au développement professionnel des acteurs des réseaux de l’Education Prioritaire et soutenu la politique académique engagée, dans et au-delà de l’Education Prioritaire.

Les enregistrements vidéo des interventions en amphithéâtre et les supports présentés dans les ateliers sont mis à disposition des réseaux sur un site m@gistère dédié ainsi que dans les pages du CAREP et celles du CARDIE.

Séminaire CAREP/CARDIE : Décloisonnons l’école (juin 2014 – Canopé Caen)


photo
Consulter l’ensemble des vidéos du séminaire

Les élèves en action : construire et évaluer les compétences (24 mai 2013 – Canopé Caen)


photo
Consulter l’ensemble des vidéos du séminaire

Séminaire CAREP/ CARDIE : térritoires de l’éducation prioritaire et de la ruralité (15 novembre 2012 - Canopé Caen)


photo
Consulter l’ensemble des vidéos du séminaire

Construire l’autonomie des élèves : de l’autonomie dans le temps et l’espace scolaire à l’autonomie du citoyen (mai 2012- Canopé Caen)


Jeudi 3 mai 2012 - CRDP Basse-Normandie

programme du séminaire

photo photo

Visionner tout le séminaire

Ateliers


Table ronde : construire l’autonomie


photo photo photo photo

visionner la vidéo

Modérateur : Monsieur Jean-Luc Cournac, IA-IPR de Lettres
Intervenants : Madame Catherine Gervais, IEN 1er degré (Caen Nord Hérouville-Saint-Clair)

Présentation :
http://www.etab.ac-caen.fr/matice-calvados/autonomie.pdf

Atelier de langage au TBI :
http://www.etab.ac-caen.fr/matice-calvados/Gilles.avi

Organisation et autonomie dans une classe à 2 niveaux
http://www.etab.ac-caen.fr/matice-calvados/GS_CP.avi

Enfants au dictaphone
http://www.etab.ac-caen.fr/matice-calvados/liste.MP4

Premier séminaire académique des expérimentations et innovations pédagogiques


11 mai 2011 - CRDP Basse-Normandie

« Les leçons de l’expérimentation : enseigner des compétences »

Dans le cadre d'un partenariat avec le CRDP, les interventions filmées sont disponibles sur les sites du CARDIE et du CRDP de Basse-Normandie.


» Pourquoi un séminaire académique ?

Consulter l’ensemble des vidéos du séminaire

Table ronde “Innover, expérimenter : Les conditions de la réussite”


Pour interroger les conditions de la réussite des innovations et des expérimentations - l’innovation étant souvent issue de l’expérimentation - nous avons souhaité donner la parole à des chefs d’établissement ainsi qu’à une Inspectrice de l’Education Nationale, responsable d’une circonscription du 1er degré.

Intervenants :
  • Madame LEBASTARD, Proviseur du lycée Alexis de Tocqueville, Cherbourg-Octeville
    Le lycée Tocqueville présentait deux actions innovantes lors du séminaire : un projet de mise en oeuvre de l’accompagnement personnalisé centré sur les compétences et un projet d’écriture en partenariat avec l’encyclopédie collaborative en ligne Wikimanche.
  • Madame SOURBETS, IEN 1er degré, Caen Rive-Droite
    Le Réseau de Réussite Scolaire de la Grâce de Dieu a présenté lors du séminaire une action innovante interdegré destiné à développer les compétences et le goût de la lecture.
  • Monsieur BAUDOIN, Principal du collège Les Provinces, Cherbourg-Octeville
    Le collège Les Provinces, classé Ambition Réussite, a présenté un projet de réseau autour d’ateliers de pratiques langagières. Cette action, dite «17+2», a nécessité la mise en oeuvre de l’article 34.
  • Monsieur CHESNAY, Proviseur du lycée Salvador Allende, Hérouville-Saint-Clair
    Le lycée Allende a une longue expérience de l’élaboration et de la mise en oeuvre d’actions innovantes, notamment autour des modes de prise en charge des élèves de Seconde, pour faciliter leur intégration, développer leur autonomie et permettre leur réussite au lycée.
  • Monsieur EUSTACHE, membre de l’équipe de direction collégiale du Collège Lycée Expérimental, Hérouville-Saint-Clair
    Les fondateurs du CLE, inauguré en 1982, considérant qu’une part de l’échec scolaire était imputable à l’Ecole elle-même, ont cherché à mettre en oeuvre une approche globale de l’élève au sein d’une structure expérimentale.
  • Monsieur MATHIEU, Proviseur du lycée Marguerite de Navarre, Alençon
    Le lycée Marguerite de Navarre a mis en place à la rentrée 2010 un dispositif relevant de l’expérimentation nationale «Cours le matin, Sport (et ouverture culturelle) l’après-midi».

L’échelle de l’établissement - voire de l’infra-établissement : niveau, classe, groupe - apparaît comme la plus pertinente pour imaginer des réponses pédagogiques adaptées, au plus près des besoins des élèves. La circulaire de rentrée 2011 réaffirme d’ailleurs le rôle pivot de l’établissement dans le système éducatif et souligne le champ des possibles ouvert par l’autonomie des EPLE et l’article 34 de la loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’Ecole (2005).
Cependant, chacun le comprend, l’innovation ne se décrète pas : elle émane toujours d’une rencontre entre deux dynamiques, locale et institutionnelle. En outre, lorsque cette rencontre a lieu, elle reste souvent le fait d’une minorité active au sein des équipes. Comment fédérer et convaincre pour construire une mobilisation collective?
Enfin, pour l’institution, l’intérêt des innovations et des expérimentations réside notamment en ce qu’elles permettent de valider une très grande variété de «bonnes pratiques», susceptibles d’être ensuite diffusées et transposées. Or, chaque établissement innove ou expérimente dans un contexte et en fonction de besoins spécifiques. Comment, dès lors, peut-on envisager la question de la transférabilité?

Questions directrices et éléments de réponse issus de la table ronde

Lorsque l’on parle d’innovation et d’expérimentation, qu’est-ce que la réussite? Peut-on la mesurer?

Innovation et expérimentation ne se conçoivent pas sans une démarche d’évaluation interne et externe. Il faut donc, dès l’origine, accepter l’échec comme une autre facette de la réussite.
La réussite peut dès lors s’envisager, en termes de pertinence et de cohérence, à trois échelles :

  • celle de l’élève, ses performances et ses résultats
  • celle des enseignants, pour qui l’innovation et l’expérimentation sont, quelle qu’en soit l’issue, vecteurs de développement professionnel
  • celle de l’établissement : une action réussie est celle qui suscite de l’intérêt et crée ainsi un cadre favorable à l’éclosion d’autres actions.

Quelles sont, dans un EPLE ou une circonscription du 1er degré, les conditions à réunir pour faciliter les initiatives innovantes?

Créer les conditions de l’innovation suppose la mise en tension du pédagogique et de l’organisationnel, dans une co-construction avec les équipes. Le préalable de la réflexion pédagogique permet de «donner du temps intelligent aux élèves».
Il convient de recenser et s’appuyer sur les ressources existantes, d’informer et expliquer pour convaincre, de former les enseignants en contexte, de reconnaître et faire connaître les initiatives, d’évaluer et d’interroger régulièrement la pertinence des actions afin de les faire évoluer (exigence de régulation).
L’existence, au sein de l’établissement ou de la circonscription, de relais, de coordonateurs des actions apparaît enfin indispensable.


A quelles conditions peut-on parler de transférabilité?

Parler de transférabilité a-t-il un sens dès lors que contextes, ressources et personnes diffèrent? Les «bonnes pratiques» sont-elles reproductibles?
Les réponses apportées par les intervenants convergent : les innovations et expérimentations ne sont pas transférables telles quelles ; on ne doit pas attendre du «clefs en mains». Une telle approche serait même, à l’évidence, contre-productive.
La notion de transférabilité doit plutôt s’entendre comme la nécessaire mutualisation des démarches et des outils : c’est ainsi le rôle du CARDIE que de ménager des lieux et des temps d’échanges afin de construire des cadres de référence communs.
Ce qui, dans les «bonnes pratiques» peut être reproductible, c’est la volonté d’entrer par le pédagogique, l’appropriation d’une culture de diagnostic et d’évaluation, la capacité à libérer la créativité et les initiatives.

Dernière modification de la page le 6 septembre 2016 à 16H41