Fiches CARDIEmédia du CARDIE de l’académie de Caen

carte des actions   |   liste des actions   |   pilotage de l'action
pour consulter les données de pilotage, veuillez entrer un mot de passe valide

essai 1 sur 3 avant blocage

Éco-citoyenneté - E3D (CLG Desdevises du Dezert - Lessay 50)

Comment monter un projet cohérent de DD à l’échelle d’un collège ?

Il s’agit d’une expérimentation collective qui a vocation à intégrer le collège dans une démarche globale de développement durable afin de répondre au mieux aux besoins des élèves, tout en leur donnant les codes pour avancer en se respectant soi-même, en respectant les autres et en respectant l’environnement.

En conséquence ce projet touche, à des degrés divers, le personnel administratif, les agents, la majorité des enseignants et les élèves bien sûr.

Ce projet qui se construit dans le temps est désormais la pierre angulaire du projet d’établissement, rédigé à travers le prisme des grands piliers du développement durable.



Établissement(s)


Personnel(s) impliqué(s)



DESERT Frédéric   professeur de SVT (référent)
RAGUENEZ Yvan   professeur d'Histoire-Géographie (référent)

Médias



Éléments de synthèse



Thématiques


non renseigné

Objectifs


Améliorer la qualité de vie des élèves au collège

• Pour leur donner le goût de l’école
• Pour donner du sens à l’école
• Pour lutter contre le décrochage scolaire et la passivité en cours
• Pour permettre à chacun d’obtenir une orientation positive

Tout en assurant le bien-être des différentes catégories de personnels

Pour y répondre, nous avons monté collectivement un projet DD cohérent à l’échelle du collège d’un point de vue organisationnel, technique, pédagogique et éducatif.

- Gestion du collège en conformité avec les critères du développement durable.

- Réflexion sur l’entretien et le service de restauration du collège

- Réflexion transdisciplinaire sur le développement durable durant les 4 années du collège

Au final, l’idée est de rendre les élèves acteurs du projet afin qu’ils assimilent au mieux les enjeux du développement durable. Ce qui leur permettra de le mettre en application au collège mais aussi dans leur quotidien.




Le diagnostic qui a conduit à proposer l’action


La plupart des collègues de l’établissement a depuis longtemps conscience des enjeux du développement durable. Nombreux sont ceux, qui à leur poste (enseignants, administratifs, agents…), menaient des actions isolées s’inscrivant dans une logique de DD. Néanmoins ces actions disparates manquaient de cohérence. L’idée consistait donc à se réunir sur le sujet pour mener collectivement un projet global, collectif et de plus grande envergure à l’échelle de tout le collège.
De plus, nous avions la volonté d’aller plus loin dans la prise de conscience de ces enjeux, souvent trop facilement axés sur l’environnemental. Or il est nécessaire d’intégrer les dimensions économiques et sociales pour avoir une vision systémique du fonctionnement du collège. Ce qui permet, en outre, de l’intégrer dans son environnement territorial et institutionnel et de travailler main dans la main avec les partenaires locaux.
Enfin, il fallait éviter de négliger l’aspect sans doute le plus fondamental de ce projet : l’implication des élèves. Car on peut élaborer tous les plans les mieux intentionnés dans nos réunions techniques, si les élèves ne se sentent pas concernés, ça ne sert à rien.



Les modalités de mise en œuvre choisies


Plutôt que de détailler chaque action, l’idée, dans cette partie, consiste plutôt à évoquer la méthode que nous avons employée pour donner de la consistance et de la cohérence à notre projet général. Seule l’action menée avec les 5èmes sera détaillée (dans la partie « une réussite à communiquer à l’extérieur ») car c’est le centre de gravité de l’engagement du collège dans une démarche de DD. De plus, certaines actions ont été explicitées dans l’appel à projet du conseil général, joint en annexe.

Néanmoins, il ne s’agit ici que d’un court bilan d’étape car nous nous sommes fixés 3 ans pour monter le projet de développement durable au collège. La méthode que nous aurons employée sera donc explicitée dans les détails au terme de ces 3 années.

A la base nous sommes assez nombreux au collège à être sensibilisés aux problèmes environnementaux. Si bien que chacun dans son coin a mené ses propres actions de façon isolée. Notamment dans le courant des années 2000, la gestionnaire a travaillé ardemment à l’implantation du bio à la cantine (voir annexe 3). Nous avons également conçu des cours transversaux SVT/H-G afin de sensibiliser les élèves au respect de leur environnement propre et par extrapolation aux problèmes environnementaux en général. Mais ces actions ont parfois pu manquer de cohérence. Par exemple, nous avons fait intervenir une association sur le recyclage des déchets et nous n’avons toujours pas instauré le tri sélectif au collège. Il était donc temps de rationnaliser notre travail en lui donnant un sens global et collectif.

Outre cette bonne volonté générale, 2 atouts majeurs nous ont permis d’avancer. D’une part, deux enseignants du collège, MM. Désert et Raguénez, sont devenus professeurs relais développement durable pour le rectorat. Cela nous a permis de nous enrichir des expériences des autres et de discuter avec bon nombre de partenaires du milieu associatif. D’autre part, en lançant la politique d’appels à projets, le conseil général nous a incités à coucher notre projet sur papier ce qui a été une première ébauche pour véritablement le structurer, avec la volonté cette fois de dépasser les seuls problèmes environnementaux et d’intégrer également les dimensions économiques et sociales.

Ensuite, la difficulté consiste à trouver de temps pour échanger sur nos points de vue, nos pratiques, et les actions que nous menons les uns les autres. Cela a pu se faire car nous avons de vraies habitudes de travail en commun entre enseignants du collège. Nous avons notamment créé des passerelles entre les cours de SVT, de géographie et d’éducation civique. Cependant, se réunir à 2 n’est pas satisfaisant pour un projet de cette ampleur. Il a donc fallu que le chef d’établissement prenne les devants et monte un comité de pilotage comprenant des représentants des différents acteurs du collège (administration, enseignants, vie scolaire, agents,… et élèves bien sûr) et des partenaires locaux (Communauté de communes, conseil général, CPIE, maison de pays). Cependant il nous reste des progrès à faire en la matière car nous n’avons réussi à réunir le Copil dans son ensemble qu’une seule fois cette année. Pour avancer, nous sommes obligés de nous appuyer sur des réunions plus fréquentes en comité restreint. Ces réunions amènent un compte-rendu récurrent au conseil pédagogique et lors des réunions plénières au collège.

Cela nous a permis de présenter le projet à tous les personnels du collège qui dès qu’ils le peuvent essayent d’inscrire des cours ou des actions qui s’insèrent dans le projet. Par exemple, la construction de l’appel à projet DD 2012-2013 a incité les enseignants de français à travailler sur la dimension sociale du développement durable, en faisant lire et réfléchir les élèves de 6ème sur l’égalité des chances homme femme. De même, les agents ont désormais à disposition du matériel plus respectueux de l’environnement et de leur santé pour nettoyer les sols.

Pour donner encore plus de cohérence à nos choix, nous avons décidé que le développement durable serait la problématique centrale du nouveau projet d’établissement. Nous avons déjà défini tous les axes majeurs, il ne nous reste plus qu’à terminer la rédaction proprement dit. Ce sera sans doute l’outil le plus fiable et le plus pertinent pour donner toujours plus de cohérence et de lisibilité à notre projet afin qu’il soit pérenne et s’améliore dans le temps.



Le public concerné par l’action


De la 6ème à la 3ème, tous les élèves du collège sont concernés par le projet, que ce soit par des actions ponctuelles, des sorties scolaires, des cours disciplinaires ou une réflexion transdisciplinaire.
6ème - 72 élèves
5ème - 52 élèves
4ème - 84 élèves
3ème - 63 élèves

Ce projet global s’inscrivant dans la durée, certaines actions sont déjà pérennes, d’autres apparaissent ponctuellement en fonction des opportunités et des envies de tel ou tel enseignant. De plus, ce projet est sans cesse amendé.



Les freins et les leviers rencontrés


Leviers :
- Soutien général de l’équipe qui a permis l’inscription du dispositif avec les 5èmes dans leur emploi du temps.

- Expérience en tant que professeurs relais développement durable.

- Soutien financier du conseil général de la Manche.

Freins :
- Manque de temps de concertation régulier avec tous les partenaires.

- Manque de recul et de modèles similaires.

- Difficulté à tenir les objectifs sur une année scolaire (poser le concept, faire un diagnostique, chercher des solutions, les mettre en œuvres et vérifier leur efficience)


Les résultats constatés


Sur les acquis des élèves :
Le cours d’éco-citoyenneté permet aux élèves de réfléchir sur leur comportement au quotidien au sein du collège, et même au-delà du collège, en étant capable d’aborder les questions liées au développement durable dans toute leur dimension complexe.
Cette expérience leur permet de travailler en autonomie sur un sujet complexe et d’envergure.
Travail sur la communication. Il ne s’agit pas ici de savoir répondre soit par un exposé soit par une rédaction à un devoir traditionnel de cours. Il s’agit de se montrer convainquant auprès des autres élèves pour qu’ils modifient leurs comportement au sein de l’établissement afin d’être plus respectueux d’autrui, des locaux, du matériel et de l’environnement.
Cependant certains acquis ne se verront que dans le long terme. Ce que nous espérons, notamment, c’est que les élèves de 4ème puissent guider les plus jeunes pour leur montrer les bonnes pratiques.

Sur les pratiques des enseignants :
Les enseignants de SVT et d’histoire –géographie ont déjà des habitudes de travail en commun anciennes à travers des ateliers divers. Ici l’avantage est de fusionner les apports méthodologiques et cognitifs des deux matières pour répondre à une question globale : qu’est-ce que le développement durable ? C’est un moment privilégié au cours duquel nous pouvons décloisonner nos matières et s’enrichir mutuellement de nos pratiques.

Sur le leadership et les relations professionnelles :
Volonté de généraliser la réflexion et les pratiques de chacun afin que tout l’établissement soi tourné vers une logique de développement durable. Ainsi, nous sommes en train de rédiger collectivement le nouveau projet d’établissement autour de cette problématique. Parce que la logique DD est gage de la réussite majeure de nos élèves, il est devenu l’enjeu majeur de notre façon de fonctionner ensemble (administratifs, agents, enseignants, vis scolaire). Il y a un très large consensus de l’équipe sur cet objectif.

Sur l’école / l’établissement :
Les choses n’avancent pas assez vite. De plus, certaines individualités ont rendu l’année très complexe et malgré nos actions les incivilités et les dégradations demeurent. Nous espérons les endiguer le plus rapidement possible grâce à la responsabilisation des élèves eux-mêmes. Leur prise de conscience sera sans doute plus efficace que n’importe quel règlement intérieur et que les sanctions infligées par la vie scolaire. Ces deux façons d’agir vont donc de pair.

Par ailleurs, la sensibilité du conseil général aux questions environnementales et les travaux d’entretien du collège prennent en compte cette logique de respect de l’environnement. Par exemple, ces dernières années, nous avons travaillé sur les économies d’énergie en rénovant les fenêtres, en installant des thermostats sur tous les radiateurs et des travaux concernant le mode de chauffage sont actés d’ici l’hiver prochain.

Plus généralement, sur l’environnement :
Objectif : réduire les déchets au self et organiser le tri sélectif au sein du collège.
Réflexion globale sur la consommation de l’eau et de l’énergie. Le but étant que chacun fasse preuve de civisme et de bon sens dans sa vie quotidienne.
Réflexion sur les modes de consommation (bio et local notamment. La question du commerce équitable n’est pas abordée pour l’instant).


Éléments d'analyse



Les indicateurs d’évaluation étaient prévus en amont.
Certains assez simples et plutôt classiques nous ont permis de mesurer et de valoriser l’implication des élèves :
- évaluation disciplinaire des travaux des élèves (diaporama, oraux, exposes)
- évaluation transdisciplinaire des classes éco-citoyennes (investissement, productions, ...)
- validation de compétences du socle commun

D’autres posent plus de problèmes pour l’instant car nous n’avons pas suffisamment de recul pour juger leur pertinence et jauger leur efficacité :
- nombre de personnes impliquées dans les projets. A priori le projet est plutôt fédérateur dans l’équipe et semble bien perçu par les élèves si on en croit la volonté des 5èmes de participer à un IDD en 4ème et de présenter le projet aux futurs 5èmes l’année prochaine.
- évolution des gestes du quotidien au cours de l’année. Les résultats sont encore peu probants et insignifiants. Il faudra attendre le passage de toute la cohorte pour vraiment mesurer l’efficacité du projet.

Enfin, nous avions l’ambition d’établir avec les élèves un questionnaire de calcul de l’empreinte écologique. Il va falloir rester modestes !

Ressources et liens utiles



Innover ou expérimenter, des démarches pour une mise en oeuvre du Projet Académique 2011 - 2015 :

  • Des actions innovantes sur l'ensemble de son territoire sous l'impulsion des équipes en établissement.
  • Des dispositifs expérimentaux d'initiative académique.
  • Des établissements engagés dans des expérimentations nationales.


Les actions innovantes ou expérimentales dans l'académie de CAEN suivies actuellement par le CARDIE


Carte des thématiques


Les fiches CARDIEthéma : des éléments structurants à l’échelle d’une thématique


Dernière modification de la page le 26 septembre 2018 à 11H22