Fiches CARDIEmédia du CARDIE de l’académie de Caen

carte des actions   |   liste des actions   |   pilotage de l'action
pour consulter les données de pilotage, veuillez entrer un mot de passe valide

essai 1 sur 3 avant blocage

PROTEUS : Projet de Travail Expérimental d'Unification des Savoirs (CLG J. Prévert - Saint Pierre sur Dives 14)

Action retenue dans la sélection nationale des journées de l'innovation 2013 (vidéo)

L’expérimentation "article 34" qui a été mise en place au Collège Jacques Prévert de Saint Pierre sur Dives concerne une classe de sixième dans l’emploi du temps de laquelle - après annualisation des temps de service de l’équipe pédagogique – deux demi-journées ont été dégagées, créant ainsi des temps de projet inter et transdisciplinaires.
Ces 5 à 6 heures de projet ont permis la mise en place d’activités complexes à la résolution desquelles les connaissances disciplinaires travaillées de façon habituelle étaient nécessaires. L’année 1 a ainsi été conduite autour de trois projets trimestriels fondés sur les thématiques des programmes : l’objet et le vivant, l’histoire et la civilisation et la notion d’abstraction. L’année 2, menée en classe de 5ème a été organisée selon le même procédé.
Les thématiques travaillées ont été : l’aventure, Pompéi et l’absolutisme dans la France de Louis XIV.



Établissement(s)


Personnel(s) impliqué(s)



DESFONTAINES Joëlle   Principale (référent)
FOUENARD Stéphane   Professeur de Lettres Classiques (référent)
LEHERISSIER Fabrice   Professeur de Mathématiques
MARION Mickael   Professeur de SVT
MONTAUD Frédéric   Professeur d'Histoire-Géographie
RICAN Christophe   Professeur Documentaliste
VAUTIER Johanna   Professeur d'Arts Plastiques

Médias



Dispositif

Projets trimestriels
année 1
année 2





Éléments de synthèse



Thématiques


École du socle

Objectifs


Outre les programmes disciplinaires qui restent, pour la classe, le fil conducteur du déroulement des projets, d’autres objectifs fondamentaux sont à dégager :
• l’évaluation et la validation des compétences du palier 2 du socle commun de connaissances et de compétences en fin de premier trimestre pour les élèves qui nous seraient arrivés de primaire sans avoir validé ce palier et du palier 3 à partir du 2nd trimestre de la 1ère année.
• l’implication et la motivation des élèves dans les activités de classe, les temps de projet et de restitution, mais aussi dans la vie de l’établissement ;
• rendre plus « lisible » et compréhensible – aux élèves comme aux familles – les enseignements du collège ;
• la réussite des élèves (LPC, résultats, DNB et choix d’orientation en fin de 3e ).

Le diagnostic qui a conduit à proposer l’action


Diverses problématiques sont à l’origine de notre action :
- la perte de motivation, de « fraîcheur », de curiosité et de compréhension du sens de l’école de nos élèves au fur et à mesure de leur scolarité au collège ;
- l’investissement, la responsabilisation et la motivation des élèves constatés dans des projets interdisciplinaires déjà menés de façon régulière dans l’établissement ;
- la volonté de l’équipe pédagogique de travailler de façon différente en développant ce type de projet ;
- la mise en place de l’évaluation et de la validation du LPC ;
- les « ponts » disciplinaires qu’il nous paraissait logique d’investir.


Les modalités de mise en œuvre choisies


En mai 2011, les enseignants volontaires pour participer à l’expérimentation menée au collège se sont réunis afin de croiser les programmes disciplinaires et de mettre en lumière des « ponts » existants.
Cette rencontre a, à nouveau, eu lieu cette année pour préparer l’année 2.
Une fois ces « ponts » identifiés, les enseignants se sont accordés sur le temps disciplinaire hebdomadaire annualisé et mis « au pot commun » du projet expérimental.
Ainsi, pour cette année, 6 heures ont été dégagées et mis au profit de l’expérimentation en deux sessions de 3h hebdomadaires.
Les projets choisis sont proposés aux élèves sous forme de situation problème, non seulement afin de remplir les conditions d’évaluation et de validation des compétences du LPC au sein de tâches complexes, mais aussi pour garder la curiosité et la motivation de nos élèves intactes dans la durée.
Il a été décidé que 3 projets seraient ainsi réalisés dans l’année, selon les thématiques définies lors de la croisée des programmes, et incluant différentes disciplines. La complexité des tâches demandées a été croissante au fur et à mesure de la progression de l’expérimentation.


Le public concerné par l’action


Une classe de 6ème de 23 élèves qui suivra l’expérimentation jusqu’en fin de 3ème de manière à pouvoir « mesurer » les écarts avec objectivité. Il est à noter que, les effectifs du collège étant en augmentation, et par respect d’égalité entre toutes les classes de 5ème, la classe expérimentale comptera 25 élèves à la rentrée 2012.
La classe de 6ème de l’année 1, passée en 5ème pour l’année 2 est composée de façon à être hétérogène (les évaluations du palier 2 de nos élèves ayant été notre première « source » d’information sur leurs acquis) et compte 25 élèves.
2 élèves de la classe expérimentale ont quitté l’établissement l’an passé, mais 3 nouveaux élèves y sont entrés.
Leur adaptation au mode de travail particulier induit par l’expérimentation a été aisée et rapide.


Les freins et les leviers rencontrés


Leviers :
- l’équipe pédagogique motivée et impliquée ;
- les partenariats menés, tant au sein de la ville, qu’avec des structures culturelles extérieures, ou même encore avec le CARDIE, qui – portant de l’intérêt au projet – nous a permis de pouvoir échanger ;
- la motivation et les travaux des élèves ainsi que la confiance des familles.
- L’année 1 a été riche d’expérience et les projets ont été construits de manière « plus fine » cette année afin qu’aucune discipline ne soit « instrumentalisée » et que les ponts disciplinaires exploités dans les activités soient lisibles tout autant par les enseignants que par les élèves de la classe ;
- Cohésion groupale et « fierté » des élèves de la classe d’appartenir à un dispositif innovant et reconnu institutionnellement au sein de l’établissement et de l’académie. (la participation du projet aux journées de l’innovation a été un moment-clef important au sein du groupe)


Freins :
- le temps de travail nécessaire à la concertation, la préparation, l’évaluation…
- la surcharge horaire amenée par le projet certaines semaines.
- le temps supplémentaire et bénévole parfois induit par les temps de co-animation qui a pu faire débat au sein de l’équipe



Les résultats constatés


Sur les acquis des élèves :
Les acquis des élèves sont solides et leur capacité à mobiliser leurs connaissances de façon globale s’est accrue au fur et à mesure de l’année.
Chaque classe de 6ème a ainsi été évaluée de façon commune dans chaque discipline, deux fois dans l’année, afin de pouvoir mesurer d’éventuels écarts.
Le constat final reste que la classe expérimentale, si elle ne réussit pas mieux que les autres, ne réussit pas moins bien non plus, y compris dans les disciplines ayant « laissé » des heures d’enseignement dans le pot commun.

Les élèves de la classe expérimentale ont aussi été évalués deux fois par projet, une de façon individuelle, l’autre sur un travail de groupe.
Dans cette phase d’évaluation, nous avons constaté une homogénéisation des résultats :
- les élèves les plus en difficultés ont énormément progressé, sans relâcher les efforts tout au long de l’année, et paraissant gagner en confiance au fur et à mesure des activités ;
- les autres élèves ont, quant à eux, progressé de façon moins significative ;
- deux derniers points à mettre en exergue et sur lequel il conviendra de réfléchir :
o la meilleure réussite des garçons, pas seulement au sein de la classe, mais aussi en comparaison avec les autres garçons de la même cohorte ;
o un absentéisme inférieur aux autres classes.

Sur les pratiques des enseignants :
Un travail collaboratif réel qui, au fur et à mesure du projet, a intéressé les personnels de l’établissement, qu’ils y aient partie prenante ou non.
Une « vraie » réflexion sur l’évaluation par compétences et les changements de pratique qu’elle implique.
Les discussions et questionnements des membres de l’équipe ont continué dans ce sens.
L’expérimentation a paru occuper une place plus reconnue au sein de l’établissement où les collègues ne participant pas directement au projet ont paru davantage s’y intéresser.
Un projet autour de la maîtrise de la langue, en co-animation, sur le niveau 5ème , a d’ailleurs été conçu et mis en place pour l’année prochaine dans des perspectives assez similaires.

Sur l’école / l’établissement :
Un intérêt réel et croissant pour le projet mené, que ce soit de la part des parents comme de celle de l’Institution.


Éléments d'analyse



Un dispositif qui relie enseignements disciplinaires et décloisonnés par une pédagogie de projet qui n'entretient pas l'activité pour l'activité mais qui va au-delà de la motivation des élèves pour des objectifs pédagogiques évalués.

Ressources et liens utiles



Innover ou expérimenter, des démarches pour une mise en oeuvre du Projet Académique 2011 - 2015 :

  • Des actions innovantes sur l'ensemble de son territoire sous l'impulsion des équipes en établissement.
  • Des dispositifs expérimentaux d'initiative académique.
  • Des établissements engagés dans des expérimentations nationales.


Les actions innovantes ou expérimentales dans l'académie de CAEN suivies actuellement par le CARDIE


Carte des thématiques


Les fiches CARDIEthéma : des éléments structurants à l’échelle d’une thématique


Dernière modification de la page le 26 septembre 2018 à 11H22