Enseignement pénitentiaire et en milieu fermé

Une mission interacadémique de l'Éducation nationale


Pilotée par un proviseur de l'Éducation nationale, l'Unité Pédagogique interRégionale (UPR) du Grand Ouest (50 enseignants titulaires, 120 vacataires) exerce sa mission dans les trois académies (Rennes, Caen et Nantes). L'équipe de direction est installée pour des raisons fonctionnelles à la direction interrégionale des services pénitentiaires de Rennes, au sein du département insertion. Le proviseur de l'UPR reçoit ses missions du recteur de l'académie de Rennes dont il est le conseiller technique. Il pilote en équipe le projet pédagogique des unités d'enseignement installées dans les établissements pénitentiaires du Grand Ouest.

L'UPR scolarise 1800 personnes sur les 6000 incarcérées, soit 30% de la population pénale. Chaque année plus de 1200 candidats réussissent aux examens nationaux (DELF, CFG, CAP, DNB, BAC, DAEU) et universitaires (LMD). L'Éducation nationale dans les prisons contribue à la politique de réinsertion des personnes incarcérées en lien avec les services des établissements (AP) et ceux d'insertion et de probation (SPIP).

L’enseignement pénitentiaire propose 4 types de parcours de formation : les formations de base, secondaires, supérieures et transversales. Les démarches sont personnalisées et individualisées et s’articulent avec la pratique d’une activité professionnelle.

Formations de base : alphabétisation, actions de FLE (français langue étrangère), actions de lutte contre l’illettrisme et actions de remise à niveau.

Formations secondaires : actions de scolarisation dans le cadre d’un enseignement général préparatoire à une validation de niveau 5 ou niveau 4 (Brevet, CAP ou DAEU, BAC).

Formations supérieures : tutorat et accompagnement dans le cadre d’un enseignement dispensé à distance.

Formations et actions transversales : informatique, code de la route, ateliers de lecture-écriture, activités de bibliothèque, journaux de classe…

Les règles pénitentiaires européennes imposent aux établissements d’accueillir les personnes incarcérées en « quartier arrivants » afin de faciliter la prise d’information et d’en favoriser le partage entre les partenaires.

Les objectifs prioritaires :

  • assurer l’accueil pour la formation et le repérage de l’illettrisme. Le repérage de l’illettrisme permet d’observer et d’identifier les personnes en difficulté pour lire, comprendre des écrits ou s’exprimer en langue française.
  • accorder une priorité à la scolarisation de tous les mineurs et développer l’enseignement auprès des jeunes majeurs et des adultes demandeurs de formation sans qualification.
  • évaluer les acquis en formation.
  • développer les liens avec les services pénitentiaires et les acteurs de l’insertion.

Plus d’information sur : www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=58971

Dernière modification de la page le 6 mai 2015 à 15H24