Accueil > Pédagogie > Maternelle > Les rituels à l’école maternelle

Les rituels à l’école maternelle

Synthèse des animations pédagogiques

mercredi 3 mars 2010

A l’issue de la série d’animations pédagogiques, vous trouverez ci-dessous une synthèse comprenant une définition des rituels, le sens de cette pratique pour les élèves, les éléments des programmes ainsi que des liens vers des sites (concernant notamment des éléments de progressivité).

Définition des rituels (au sens pédagogique du terme)
Les rituels désignent un ensemble d’activités régulières mais évolutives selon l’âge des élèves et la période de l’année scolaire. Ce sont des activités fonctionnelles qui structurent l’espace, le temps et ont un sens dans la vie de la classe. Elles doivent échapper au piège de la routine. Elles peuvent se dérouler en grand groupe ou en situation individuelle. Elles nécessitent, comme toute autre activité d’apprentissage, une réflexion de la part des enseignants.

Ne pas confondre avec :
- les rituels dans la vie courante
- les activités ritualisées, c’est à dire revenant régulièrement dans la vie de la classe (exemple : utilisation d’une boîte à musique ou d’une chanson pour signaler l’heure du rangement, la passation des consignes pour le travail en ateliers...)

Deux domaines plus particulièrement développés dans cette animation :
- la date
Elle permet d’entrer dans le repérage du temps (la semaine, le mois, le passé, le présent, le futur), dans l’écrit (écriture de la date/composition de la date avec des étiquettes), dans la numération (aspect ordinal du nombre, écriture chiffrée du quantième du mois)
- les présents/absents
C’est un rituel sécurisant (devenir membre d’un groupe, connaître les autres, être reconnu). Il permet d’entrer dans l’écrit (reconnaître son prénom, puis petit à petit, ceux de tous les élèves de la classe, dans différentes écritures), dans la numération (comptine numérique, aspect cardinal du nombre, surcomptage, mise en relation du nombre oral avec son écriture chiffrée), le calcul.

Il est donc important :
- de les situer dans une dynamique d’apprentissage et non de conditionnement
- d’établir une progression de cycle pour les périodes des 3 années de l’école maternelle et une progression sur l’année scolaire.

L’enseignant peut faire le choix, à certains moments, de prendre en charge lui-même une partie des rituels. En tout état de cause, les rituels ne doivent pas excéder une durée de 15 minutes.

Comment donner du sens à ces rituels, de manière à impliquer tous les élèves ?
La date : la recherche de la date est à mettre en relation avec les événements de la classe (anniversaires, sorties ...), les événements sociaux importants pour les élèves (Noël ...). Les supports doivent être adaptés au niveau de classe et évoluer dans l’année.
Les présents/absents : l’appel est à mettre en relation avec la tenue du registre d’appel, le nombre de présents avec la quantité de crayons ...à disposer sur les tables pour le travail en ateliers, la connaissance des absents avec la nécessité de leur faire part, à leur retour, de ce qui a été fait pendant leur absence (avancement des projets, apprentissage d’une nouvelle chanson ...)

Les conditions matérielles à réunir :
La disposition spatiale des élèves doit être pensée de manière à ce que tous les élèves puissent voir les supports (disposition en U, sans que les extrémités soient proches des supports)
Les supports doivent être lisibles (dimension suffisante et recours au traitement de texte).