Δ
DSDEN : 14 50 61 - Saint-Pierre et Miquelon Élèves / parents apprentis Étudiants Recrutement
www.ac-caen.fr   >   Environnement éducatif   >   Innovations pédagogiques (CARDIE)   >   Enseigner l’oral à l’école

Enseigner l’oral à l’école


Parmi les trois domaines constitutifs de la maîtrise de la langue que sont le LIRE / DIRE / ECRIRE, la place et l'enseignement du DIRE restent à construire : que fait-on quand on parle ? Peut-on parler de grammaire de l'oral ? Comment construire le passage de la langue orale naturelle de l'élève aux codes de l'écrit ? Quelle est la place et la fonction de l'oral dans les apprentissages ? Quels genres de l'oral enseigner et comment ? Quelles interactions entre oral et écrit ... Autant de questions auxquelles des équipes pédagogiques ont tenté d'apporter des réponses. Elles rendent compte ici de leurs tentatives à travers la présentation et l'analyse de diverses situations concrètes.



L’oral vecteur d’apprentissage

Quelles conditions à la compréhension de l’oral ?


Montaigne, Les Essais, Livre III, Chapitre XIII « De l’expérience » 1595.


Pour faire prendre conscience aux élèves que parler ne fait pas appel aux mêmes règles qu'écrire, que le code oral a ses spécificités, on peut partir d'une situation concrètes comme, par exemple, l'enregistrement d'un échange entre élèves ou bien encore l'interview d'un personnage comme celle du photographe Doisneau donnée ici à titre d'exemple.



Transcription écrite de la voix-off

Voilà que quand j’écris une phrase je m’adresse à quelqu’un qu’est un ami ou plusieurs amis comme ça il faut qu’ça ça devienne une image il faut qu’je trouve un raccourci qui soit une image euh j’écris euh difficilement peut-être non oh je sais pas ça non c’est p’têt’ douloureux d’écrire

Voilà mais justement alors là j’en veux beaucoup à cette école (rire) j’suis vraiment le très mauvais ancien des d’Estienne la la la chose que j’ai apprise vraiment à Estienne c’était la patience la technique de la gravure lithographique qu’on m’apprenait était depuis belle lurette n’existait plus à l’intérieur de l’école ce métier était maintenu à l’intérieur de l’école pour arriver à assurer la retraite du professeur de gravure et alors on prenait une poignée de gamins tout frétillants et on euh euh les obligeait à cette discipline monacale de la gravure c’est-à-dire de mettre dans quelques centimètres carrés euh une des vignes des médailles obtenues à l’exposition universelle un chais avec un haquet des tonneaux portrait du patron


 document (PDF) Annexe : Table de transcription


Montrer, dans un premier temps, que le message oral est clairement compréhensible, que sa spontanéité le rend captivant. Pour autant, ce message devient illisible si on en fait une transcription écrite fidèle.


A retenir :

La transcription écrite permet de visualiser d’une façon simple les différences fondamentales entre code oral et code écrit. Les codes de la ponctuation écrite établis à partir de la notion de phrase de base (sujet – verbe- complément) ne peuvent rendre compte des réalités du discours oral (pause, hésitation, correction, retour en arrière, changement brutal de thématique, intonation, …)


Exemples d’activités pour que les élèves prennent conscience de ces différences fondamentales :

  • Interviewer une personnalité, un acteur local, ou un représentant d’une profession … dans le cadre d’une activité disciplinaire ciblée.
  • Demander de transformer cette interview orale en interview écrite et de noter toutes les modifications nécessaires pour rendre ce message communicable


Δ haut de page


Du langage naturel à la langue de l’école

A retenir :

La langue de l’Ecole se fonde la plupart du temps sur les codes de l’écrit. Elle est souvent très éloignée de la langue naturelle des élèves. Cette langue s’organise de façon spécifique lors de l’entrée dans les disciplines. On peut aisément mesurer l’écart entre langue de l’élève et celle d’un manuel scolaire.

  • Illustration du propos :
    A la question : « Comment faire une division ? » Le discours des élèves montre à l’évidence les écarts avec le discours disciplinaire attendu que l’on peut retrouver dans tout manuel scolaire. Ainsi, par exemple, les mots diviseurs, dividende, quotient, nombre décimal... sont-ils occultés. Mais c'est bien à partir de son propre discours qu'il faudra amener l'élève au discours disciplinaire attendu.

  • Le difficile passage de l’oral spontané aux spécificités de l’écrit :
    Analyse d’un texte d’élève pour illustrer cette difficulté. L’élève déroule de façon continue le fil d’une pensée qui s’élabore « oralement » : hésitations, ellipses, rétroactions … Cet exemple est révélateur de la difficulté pour l’élève à passer aux spécificités de l’écrit. Le texte révèle un enchaînement spontané et ininterrompu d’idées propre à la communication orale. On doit amener l’élève à prendre conscience que, le « ici et maintenant » doit devenir un discours différé, organisé en séquences narratives, structuré en paragraphes … à destination d’un lecteur potentiel.


Δ haut de page


L’oral pour apprendre

Faire émerger les représentations des élèves pour construire les apprentissages.
Repenser la posture du professeur, comme c’est le cas lorsque le professeur se positionne en médiateur :

  • La problématique est traitée par équipes
  • Chaque équipe construit une réponse de façon interactive, par confrontations successives
  • Chaque équipe soumet sa réponse à l’analyse critique de la classe.
  • La leçon s’élabore ainsi progressivement.
  • L’ensemble est validé par et avec l’expertise du professeur



Δ haut de page


L’oral pour mémoriser et restituer

La mémorisation et la restitution de savoirs constitués se fondent sur des points de repère qui permettent à l’élève d’avoir une vision globale et structurée de la problématique traitée et qui impliquent qu’il :

  • Maîtrise la diversité des schémas rhétoriques disciplinaires. Exemple de la démarche expérimentale en SVT : pour restituer oralement de façon structurée l'ensemble du processus d'apprentissage, l'élève saura qu'il doit s'appuyer sur les étapes successives caractéristiques de cette démarche : en 1, l'observation d'un fait ; en 2, un questionnement ; en 3, l'émission d'hypothèses ; en 4, la mise en place d'expérimentations, d'observations ; en 5, la validation ou non de l'hypothèse traitée ; en 5, l'énoncé d'un savoir nouveau.
  • Connaisse les outils linguistiques de la restitution : organisation logique (liens de cause à effet), expression de la gestion du temps et de l'espace, progression de l'information ...


Δ haut de page


Les genres de l’oral

Pour chacun de ces genres, des constantes demeurent : structurer, gérer l’alternance des tours de parole, utiliser les potentialités de l’oral (pauses, intonations, …)
L’approche de chacun des genres nécessite au préalable, et pour en comprendre les mécanismes, l’étude de productions d’experts (étude d’un débat radio, d’interview de personnalité,….)


Δ haut de page


L’interview

Comprendre le fonctionnement de l’interview pour en faire réaliser une aux élèves
Une rapide définition du genre : Une interview présuppose avant tout une intention de communication : on n’interviewe pas pour soi mais pour communiquer une information, des savoirs à un destinataire ciblé.

  • L’interviewer doit donc avoir des pré-requis sur la thématique qu’il aborde : le premier travail est donc pour lui un travail de documentation approfondi.
  • L’interviewer devra également s’informer sur l’interviewé – son identité et sa personnalité.
  • L’interviewer doit avoir en tête les savoirs précis qu’il souhaite faire acquérir à son auditoire
  • Il doit donc anticiper et pour ce faire prévoir une structure, un conducteur.
  • Il devra développer sa capacité à réagir aux propos de l’interviewé, à réorienter l’échange, à l’adapter à son auditoire.
  • Il doit connaître les modes d’enchaînement de ce type de discours (comment changer de thématique, comment demander une explication, comment clore la communication, …)

Une interview n’a de sens que si elle est ressentie comme indispensable à son destinataire, si elle s’intègre à un réel projet de construction des savoirs.


Δ haut de page


L’exposé

Au collège Grémillon de St Clair sur Elle (50), Jeremy Lemaitre a expérimenté dans le cadre d'un IDD sciences physiques et français un travail d'exposé oral à la manière de l'émission "C'est pas sorcier" intitulé : " A St Clair tout s'éclaire ".

(Cette vidéo illustre bien l’importance d’une étude préalable de productions d’experts).


Δ haut de page


Le débat régulé

À Neuilly-sur-Eure, dans la circonscription de Mortagne au Perche (61), à partir de situations simples adaptées à leur quotidien, les élèves de Arnaud Lersteau (MATICE) sont amenés à échanger de façon argumentée.

Des outils sont proposés pour favoriser l’efficacité du débat et la lisibilité des divers arguments.

Le débat élabore, de façon structurée et par confrontation d’opinions, une pensée collective.


Δ haut de page


La lecture expressive et le théâtre

« L’apéro dinatoire des mots et des mets », des activités d'oral en classe de sixième au collège Guillaume de Normandie (Nicole Cellier)


Δ haut de page


L’oral de socialisation

Les lois de la communication de Mainguenau rappellent les éléments incontournables d’une communication réussie et peuvent servir de repères utiles à l’enseignant.
Comment adapter un discours oral à une situation d’échange ? Comment régler un tour de parole ?... Autant de questions à traiter, entre autre, par l’apprentissage d’une linguistique de la politesse et de l’échange entre pairs. (Voir les travaux de Catherine Kerbrat-Orecchioni).
On peut par exemple, par le recours au théâtre, mettre en place des situations d’apprentissage pour donner les outils d’un échange réussi.


Δ haut de page


Les interactions

Utiliser le « dire » pour entrer dans le « lire » / « écrire »

Exemple au palier 1, vidéo des élèves en cours d’apprentissage en Maternelle et au CP (dans la circonscription de Moulins la marche(61).


Δ haut de page


Dire pour mieux lire

Le domaine d’apprentissage choisi dans l’expérience présentée, dans une classe de Sixième au Collège Guillaume de Normandie (Caen), active deux domaines de la compétence 1 : Lire et Dire.
Le dernier item du domaine Lire, « Manifester par des moyens divers sa compréhension de textes variés », sous-tend tout le travail de la séquence d’apprentissage.


Δ haut de page


Des supports oraux pour rentrer en lecture

Exemple d'analyse de l’interview d’un auteur (Simenon) comme voie d’accès à son œuvre

Interroger le travail de l’interviewer :

  • Proposer la liste des questions posées pour permettre aux élèves, dans un premier temps, de prendre des notes en écoutant les réponses de Simenon.
  • Présenter les informations de manière organisée (regroupées sous des intertitres)
  • Relever les procédés linguistiques utilisés à l’oral pour enchaîner les propos
  • S’interroger sur les fonctions différentes des interventions d’André Parinaud (par exemple demander l’expansion d’un élément de réponse : « Et qui ont été repris en combien de langues ? », assurer un changement thématique, réorienter l’entretien …


Extrait du manuel scolaire Français 3e, Livre unique, Didier, 2003, p.316
www.editionsdidier.com/article/francais-3e-livre-eleve/


Δ haut de page


Des supports oraux pour entrer en écriture

Travailler l'interview

Analyser une émission pour en faire réaliser une aux élèves

 document audio (MP3) Télécharger le fichier audio

 document (PDF) Télécharger la séquence et les activités


Δ haut de page


Problématiser l’écriture à partir d’un reportage vidéo.

Montrer que l’écriture est une manière de prendre en charge une réalité en fonction d’un projet précis.

Montrer que l’écriture est une manière de prendre en charge une réalité en fonction d’un projet précis.

Exemple à partir de cette vidéo :
Utiliser ce bref reportage pour :

  • Intégrer des informations dans un livre documentaire sur le cheval et qui pourrait, sous forme d’un guide pédagogique, développer la thématique : « comment monter à cheval ».
    Consigne possible : écrire sous forme d’un mode d’emploi un petit guide qui s’intitulerait « Première leçon d’équitation ».
  • Insérer une description dans un roman qui se déroulerait dans le cadre d’un haras pour créer l’illusion réaliste.
    Consigne possible : insérer dans l’espace manquant la scène installant le jeune héros dans son cadre spatio-temporel.


Δ haut de page


Travailler le témoignage

Pour comprendre le mécanisme de l’oral, l’intérêt de la spontanéité d’un témoignage,
Pour analyser la valeur et la place d’un témoignage dans un contexte disciplinaire,
Pour utiliser ce support dans divers contextes d’écriture.

dernière modification de la page le mardi 18 mars 2014 à 10H50   |   Δ haut de page
Tous droits réservés, académie de Caen © 2014
world is beautiful